4 moyens d’arrêter de transmettre l’Héritage du Sacrifice à nos enfants ✨

As-tu déjà entendu parler de l’Héritage du Sacrifice ? Si tu fais partie de la #TeamSerenities et que tu reçois ta Serenity Dose chaque semaine, oui ! 🙂 

Si non, c’est comme ça que j’ai appelé les croyances que l’on a hérité des anciennes générations, qui consistent à nous faire croire (si fort qu’on pense que c’est normal) qu’en tant que femme, on est celle qui doit se sacrifier.

Cet héritage, on le porte et on l’honore tous les jours, dans notre façon de choisir au quotidien. On choisit de se faire passer en dernier parce qu’on estime que tout et tout le monde sont plus importants, on choisit de s’oublier parce qu’on n’a pas le temps, on prend des petites et grandes décisions qui continuent d’aller dans ce sens : Je suis une femme, je suis celle qui passe en dernier.

STOP.

A-t-on envie de transmettre ça à nos enfants ? 

A-t-on envie de priver nos filles de leur liberté de choisir une vie qui les rend heureuse ? 

A-t-on envie de continuer de faire croire à nos fils qu’il est normal que ce soit la femme qui se sacrifie ? (et je pourrais partir plus loin en disant qu’en enseignant à nos garçons que la femme n’a pas à se sacrifier, on leur enseigne par extension qu’eux aussi ont le droit de choisir le type de vie qui leur correspond. Bip up à tous les papas au foyer, ceux qui ont demandé un 4/5e pour être avec leurs enfants, ceux qui vont chercher leurs enfants à la sortie de l’école tous les jours et qui ont osé ignorer les diktats de la société.) 

Non, non et NON. Alors comment faire pour commencer à casser ces croyances limitantes, cet Héritage du Sacrifice ?

1 – Cessons de nous faire passer en dernier

Premièrement, il est temps que l’on prenne conscience – quand je dis “on”, je parle de manière collective – que ce n’est pas parce qu’on est une femme ou qu’on est maman, que l’on doit se faire passer en dernier.

Non ce n’est pas “obligatoire”, non ce n’est pas “il faut bien”, ou “c’est la vie”. Non. Croyances Limitantes. Héritage du Sacrifice.

C’est s’accorder suffisamment de valeur et de respect pour soi-même, que de dire qu’on a besoin d’une pause, besoin de prendre soin de soi, de répondre à nos propres besoins.

Ce qui pourrait t’aider : On peut commencer, petit à petit, à prendre quelques minutes de qualité pour soi par jour, et faire évoluer en même temps que son propre cheminement. Cela peut commencer par prendre 10 minutes par jour pour lire à nouveau, ou simplement prendre le temps de savourer au calme, une boisson chaude.

2 – Cessons de croire que dire “non” c’est rejeter l’autre / risquer de perdre l’autre

Apprendre à dire non a été une véritable épreuve pour moi. Entre mon besoin de contenter tout le monde et la peur de me faire rejeter ou de “payer pour cet affront”, il m’a fallu atteindre un point de non retour pour oser dire “STOP” à une cliente toxique il y a bientôt 10 ans. Et il a fallu que mon cheminement continue pour que j’ose dire “NON” dans ma vie pro et perso sans culpabiliser (ni blesser l’autre). 

Ce qui pourrait t’aider : Avoir peur des conséquences du “non” est normal au début, mais si on prend le temps de lister par écrit nos pires “peurs” à l’idée de dire “non”, on se rend rapidement compte, que, couchées noir sur blanc, ces peurs ne sont que des peurs. Et que l’on peut exprimer un refus par respect pour soi-même, tout en respectant l’autre. Il s’agit surtout de formuler correctement son refus. La clé d’une bonne relation est la communication, pas de tout accepter.

3 – Cessons de nous infliger des obligations qui n’ont pas lieu d’être

Tout droit issu de l’Héritage du Sacrifice, certaines obligations que l’on s’inflige au quotidien ne sont qu’une illusion d’obligations. On n’est pas “obligé” de faire tout ce qu’on s’oblige à faire toute la journée. 

Ce qui pourrait t’aider : La première étape est d’en prendre conscience, la deuxième étape est d’y réfléchir sérieusement. N’y a-t-il pas des choses que tu t’obliges à faire, que tu détestes, et dont tu pourrais te passer ?

4 – Cessons de jouer le jeu de la société

Si on veut casser cet Héritage, il faut aussi savoir prendre des décisions qui seront raccord avec nos valeurs, nos priorités, mais en marge de la société. Il faudra savoir dire “non” à un mode de vie pré-construit pour pouvoir dire “oui” au mode de vie qui nous convient. 

Ce qui pourrait t’aider : Te demander les valeurs qui te sont chères et comment tu aimerais les honorer au quotidien. Ton mode de vie est-il en phase avec tes valeurs ?

Nos grands-mères se sont sacrifiées,
Nos mères se sont sacrifiées,
Il est temps de casser la chaîne, et de se libérer.
Il est temps de sortir de l’Héritage du Sacrifice. 

Je ne vous demande pas de mener une Révolution, brutale et violente.

Je vous demande de prendre conscience, de commencer à faire des choix différents, de commencer à penser différemment.

Je vous demande un petit geste par jour, puis deux, puis trois. C’est d’ailleurs avec cette douceur efficace que j’accompagne mes clientes en coaching.

Je vous tends la main, pour qu’on travaille ENSEMBLE à détricoter cet héritage de malheur. Et qu’ensemble on construise un monde meilleur. 

Un monde dans lequel on aura appris à mieux se respecter les uns, les autres.

la bienveillance envers soi nous permettra d’être bienveillant envers les autres.

Dis-moi, quelle action pourrais-tu faire aujourd’hui, pour commencer à sortir de cet Héritage du Sacrifice ?

Partager, c'est soutenir !
Rangé dans Bonheur Confiance en soi

À propos

Je suis Elodie, maman en garde alternée de deux petits bouts et Coach Sérénité. Après 30 années à me faire passer en dernier, j'ai ressenti le besoin urgent de me reconnecter à moi-même et c'est ce que je veux transmettre à mon tour. Je veux apporter de la sérénité et de la clarté dans la vie des femmes, les accompagner avec bienveillance vers un quotidien serein et aligné où elles ont du temps de qualité pour elles et la confiance nécessaire pour réaliser les projets qui les font vibrer.

3 petits mots on “4 moyens d’arrêter de transmettre l’Héritage du Sacrifice à nos enfants ✨

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *