Bonheur

Comment changer de vie sans tout plaquer, alors qu’on est au bord de la dépression

Quand on a l’impression que tout va mal, la seule solution qui nous paraît évidente, est celle de changer de vie pour tout recommencer. Tout plaquer pour un nouveau départ. Et s’il est vrai que cela peut fonctionner, ce n’est pas la SEULE solution. Il est possible de changer de vie sans tout plaquer, sans avoir à quitter ceux qui partagent notre vie, sans avoir à déménager loin.

Je vais te raconter l’histoire d’Aurélia.

Quand j’ai eu Aurélia au téléphone la première fois, j’ai entendu une maman au bord du gouffre. Elle était au bord des larmes, me confiait qu’elle n’en pouvait plus. Epuisée, lassée, elle ne voyait pas d’issue positive à son quotidien.

Pourtant, elle a des enfants qu’elle adore, un gentil mari, un travail qui lui plaît, elle vit sur la belle île de St Barth. Que demander de plus ? N’aurait-elle pas “tout pour être heureuse” ?

Cette fameuse illusion. Illusion que puisque sur le papier on est supposé avoir tout pour être heureuse, on n’a pas à se plaindre ni à “vouloir plus”. Pourquoi ? Pourquoi on ne s’autoriserait pas à vouloir plus ? A vouloir mieux pour soi ? Qui décide de ça à notre place ? Personne. A part toi.

Oser demander de l’aide

Aurélia avait bien ressenti qu’elle méritait mieux (on le mérite tous!), elle a bien ressenti que ce n’était pas la vie qu’elle voulait vivre jusqu’à la fin de sa vie.

Elle a ose demander de l’aide, se faire accompagner car elle ne savait pas comment le faire seule. Et c’est ok, il y a des professionnels pour qui c’est le métier et ce n’est pas pour rien ! On peut aussi réussir seule, mais le chemin est plus long et sinueux.

Prendre du temps pour soi

Je lui ai montré qu’il était possible, et tellement bénéfique, de prendre du temps pour elle.
Elle s’est mise à courir, pour pouvoir s’accorder un moment avec elle-même à se vider la tête. Elle qui n’était pas sportive y a pris tellement goût qu’elle a fini par courir un semi-marathon !

Quand on prend du temps pour soi, on remplit nos jauges positives (bienveillance, énergie, patience, amour…) et cela nous permet de renouer avec soi.

Se reconnecter à l’essentiel

Je l’ai encouragée à se séparer du superflu, pour y voir plus clair et revenir aux choses essentielles. En plus de se sentir plus légère, elle n’avait plus à passer son temps libre à ranger. Quelle joie !

Se reconnecter à ce qui compte vraiment, à nos valeurs, à nos priorités permet de laisser de côté tout ce qui n’est pas vraiment nécessaire. On garde un maximum de ce qui est utile et agréable. Et cela vaut pour tout : possessions, tâches, relations…

Poser des limites et dire “non”

Je l’ai encouragée à apprendre à poser des limites, à dire non. Elle qui était trop gentille au travail, une gentillesse dont sa patronne et ses collègues abusaient largement. En posant un cadre, elle a appris à ses collègues et à sa patronne à la respecter.

Elle regagné confiance en elle, tellement qu’elle a osé passer un entretien d’embauche ailleurs, dans un endroit qui semblait plus sain. Elle a tellement renoué avec son estime personnelle, qu’elle s’est lancée dans une formation qu’elle rêvait de faire depuis des années sans oser sauter le pas.

S’occuper d’elle, de son bien-être, lui a permis de renouer avec sa famille. Elle qui me confiait qu’elle avait l’impression que “personne ne l’écoutait, ne prenait en considération ses besoins”. C’est pourtant ce qu’elle véhiculait en ignorant ses propres besoins : elle invitait les autres à en faire de même. Poser ce cadre où elle prenait du temps pour elle lui a permis de développer son respect envers elle-même, et le respect de sa famille. Sa relation avec son mari et ses enfants a gagné en qualité, pour son plus grand bonheur.

Poser un cadre, dire “non”, est le seul moyen de se montrer à soi-même du respect, et d’inciter les autres à nous respecter aussi. Il faut aussi se souvenir que nous sommes le modèle de nos enfants : si on s’oublie, qu’on ignore nos propres besoins, ils feront pareil (pour nous, et plus tard pour eux)

Se libérer de ses croyances et de sa posture de femme sacrifiée

Aurélia s’est libérée de sa posture de femme et de maman qui se sacrifie pour faire plaisir à tout le monde, pour devenir une femme épanouie. Le fait de prendre soin d’elle a fait évolué tous les plans de sa vie, tant personnels que professionnels. Sans avoir à tout chambouler, tout plaquer. Elle a travaillé sur ses croyances, posés des actions concrètes et efficaces, et en quelques semaines ce n’était déjà plus la même femme.

C’est dans la volonté de reproduire cette transformation sur d’autres femmes que j’ai ouvert la Serenity Academy.
Si Aurélia a pu le faire, si j’ai pu le faire, si mes autres clients ont pu le faire : tu le peux aussi. Il suffit d’y croire, et de te faire accompagner. Si tu te reconnais dans le portrait d’Aurélia, sois la bienvenue parmi nous. ❤

Tu as aimé ce billet ? Ceux-là pourraient te plaire aussi :

Partager, c'est soutenir !

Leave a Reply