Parentalité

Le passage d’un à deux enfants : 5 choses que j’étais loin d’imaginer

Maman d’un enfant unique, je ne pouvais me défaire de cette idée que l’arrivée d’un deuxième enfant serait chaotique. On m’avait dit que le passage d’un à deux enfants ce serait encore plus difficile que la première fois, cela n’a pas été le cas… 🙂

Déjà quatre mois que mon deuxième enfant est venu au monde. Quatre mois intenses, oui, mais quatre mois qui ont bousculé tant de croyances et d’attentes. Si j’ai passé les neufs mois (moins quelques jours !) à culpabiliser en pensant à mon petit garçon, ou à me demander à quel point mon quotidien serait chamboulé, tout ce que j’ai pu imaginer pendant ma grossesse était vraiment très loin de la vérité. Voici quelques exemples de ce que je n’aurais jamais pu imaginer :

1 – L’amour inconditionnel de mon fils devenu grand frère

Cela faisait partie de mes plus grandes angoisses : mon fils allait-il accepter sa sœur?… La décision de faire un deuxième enfant nous appartenait, au papa et à moi, et j’ai impliqué le plus tôt possible mon petit garçon dans cette aventure, mais il ne voulait pas entendre parler de ce bébé, et ma culpabilité a continué de grandir au fil des mois. Mais le jour de la rencontre, presque toutes mes angoisses se sont envolées. Il a suffi de voir son visage s’illuminer en découvrant sa petite sœur et de contempler à quel point il était délicat et charmé dès qu’il a pu la prendre dans ses bras, pour se rendre compte qu’il était déjà un grand frère formidable.

2 – Ma sérénité durant l’accouchement

J’ai pourtant quitté ma maison (et mon fils endormi) dans les larmes. L’imaginer se réveiller le lendemain matin en constatant que ses parents étaient partis parce que sa petite sœur arrivait m’avait horrifiée. Je me sentais plus coupable que jamais, et je n’ai pu me calmer qu’une fois avoir pris la décision de lui parler dans son sommeil (en prenant le risque de le réveiller). Une fois que je suis montée dans la voiture, mes angoisses se sont envolées et tout est devenu si « naturel ». Je ne ressentais ni grande impatience, ni angoisses. J’étais juste sereine et heureuse que mon deuxième enfant arrive !

3 – Ma sérénité durant les premiers jours

De nature plutôt angoissée d’ordinaire, je ne m’attendais vraiment pas à vivre les premiers jours qui ont suivi (à la maternité puis à la maison) avec tant de sérénité. Une fois que je me suis retrouvée dans ma chambre solo, j’ai vraiment pu savourer ces instants privilégiés avec ma fille, adoré les visites de mon grand – et trouvé la chambre bien vide à son départ. Ma première expérience à la maternité avait été beaucoup plus difficile : Le fait que le papa parte le soir me dévastait, alors que cette fois, je savourais ces heures où j’apprenais à connaître ma fille, en tête à tête.

4 – Notre capacité à nous adapter

Une fois rentrés à la maison, je me souviens encore de cette sensation de légèreté et de bonheur qui ne me quittait pas. Alors que pour mon premier bébé j’étais vraiment très angoissée et perdue, la deuxième fois m’a semblé un million de fois plus facile. En effet, je savais déjà comment m’occuper d’un nouveau-né. J’avais beau être fatiguée et vivre un allaitement difficile, le fait que l’on soit enfin tous les quatre dans notre cocon me réjouissait. J’ai réalisé combien nous étions capables de nous adapter avec facilité. Nous avons commencé par dormir tous les quatre dans la même chambre, puis nous avons fini par nous séparer en deux équipes : celle avec bébé, et celle avec petit garçon. Au bout de quelques semaines, tout était huilé, et au bout de quelques mois, tout roule comme si nous avions toujours été quatre !

5 – Ce passage si naturel d’un à deux enfants

Alors que j’avais lu et entendu que de passer d’un à deux enfants était encore plus difficile que de devenir parent pour la première fois, je m’étais vraiment préparée à quelque chose de presque insurmontable ! Je ne savais pas exactement à quoi m’attendre, mais j’avais peur. Il parait que le deuxième enfant est plus difficile que le premier, cela n’a pas été notre cas du tout ! Evidemment, il y a eu (et il y a toujours !) des moments, courts mais intenses, où le timing est complètement foireux (par exemple les deux ont faim exactement en même temps, ou bien les deux pleurs en stéréo pour deux raisons différentes, etc etc.), mais ce sont vraiment des moments isolés qui durent très peu de temps. Dans sa globalité, la journée se déroule avec une douceur infinie. Et ces deux-là… ces deux-là !!! J’assiste à l’indescriptible spectacle d’amour, elle qui regarde son frère avec tant d’admiration, et lui qui lui parle, lui montre ses jouets, tente de l’apaiser quand elle pleure… s’en occupe pratiquement aussi bien que moi, en somme. <3

Ce qui m’a aidé

1 – Être le plus zen possible (méditation, respiration, lecture et autre idées pour éviter le surmenage…) pendant la grossesse,
2- Rester ancrée un maximum dans le présent, pour éviter de trop angoisser,
3 – Apprendre à communiquer en CNV (Communication Non Violente) pour tenter d’exprimer mes émotions et celles de mon fils à la naissance.
4 – Prioriser et ne dépenser de l’énergie que pour l’essentiel,
5 – Lâcher prise et accepter que quelques règles volent en éclat.

Ce que j’en ai retenu

Trop réfléchir et trop se projeter ne sert qu’à faire monter le stress. Tout nous paraît toujours plus difficile à surmonter dans notre imagination que ça ne l’est en réalité. Il est tellement plus reposant et sage de rester ancré dans le présent, finalement !

Il faut toutefois reconnaître qu’il est normal d’avoir peur… il est normal de se poser des questions lors qu’on s’apprête à envoyer valser tout ce qu’on connait, tout ce à quoi on était habitué, mais lorsque cela devient trop oppressant ou angoissant, il faut tenter de respirer un grand coup et de s’assurer que tout ira bien. Du moment qu’on y met tout notre cœur, tout ira bien. <3

Ce qui pourrait vous aider

Et vous ? Comment avez-vous vécu votre passage de 1 à 2 enfants ? Et plus ?

Partages

À propos

Mompreneur fascinée par le développement personnel, l'organisation quotidienne et la parentalité positive. Ayant tendance à voir de la magie (et des scènes apocalyptiques) partout ! J'ai fait de ce blog mon métier, merci de me lire !

64 petits mots on “Le passage d’un à deux enfants : 5 choses que j’étais loin d’imaginer

  1. Mélanie

    Bonjour !
    Article qui tombe à pic je vais d’ici peu donner naissance à mon deuxième merci beaucoup pour cette publication qui me fait me sentir moins seule face à mes angoisses et ma culpabilité on est toutes humaines après tout…
    Belle journée

    • Elodie

      Avec plaisir ! Belle fin de grossesse ! <3

      • Merci beaucoup, en pleine angoisse nocturne, lire ce témoignage me fait un bien fou. Je suis enceinte de mon deuxième bébé et je suis fusionnelle avec mon premier….donc dans la culpabilité et le questionnement.
        Merci. Merci beaucoup !

        • Polinou

          Bjr je pense bcp a bebe 2 en ce moment mais je ne peux m empecher de penser que je vais rendre mon fils de deux ans malheureux. Nous sommes completement fusionnels il ne me lache pas d une semelle. Ne joue qu avec moi ( pas seul en tt cas ) etc…

  2. Bonjour, je me retrouve vraiment dans cet article. Pour moi passer de deux à trois a été beaucoup plus facile que de passer de 0 à 2 et il n’y a eu aucune jalousie entre les enfants.

    • Elodie

      Il parait que c’est encore plus facile de 2 à 3 ou de 3 à 4, oui ! Dingue !

      • Pour ma part aussi, grand chamboulement de 0 à 1, mais aussi, et surtout, de 1 à 2. À l’arrivée du 3eme… facile!!!
        Je projette même un 4eme!

  3. WOW, la photo de ton fils qui prend ta petite grenouille de soeur, est trop jolie !

  4. C’est marrant car nous on avait entendu que c’était plus facile avec le deuxième, et c’est ce qui s’est passé. Notre Mini2 n’était pas forcément le modèle du bébé parfait mais elle a très bien été acceptée par son frère d’à peine 2 ans. Je te rejoins sur le fait que c’était plus facile car on sait réellement ce qu’est un bébé ! Le plus compliqué pour moi a été les siestes souvent en décalé donc aucun moment pour me reposer …

    • Elodie

      Ah les fameuses « sieste synchronisées »… ! C’est difficile surtout avec la fatigue de la nuit !

  5. J’ai trouvé également plus facile de passer à 2 enfants. Tout est tellement naturel et on est tellement plus sûres de nous ! Je m’inquiétais aussi pour rien 🙂

  6. Pour moi avec ma 2ème filles (elles ont 3 ans d’écart) j’ai eu beaucoup de difficultés. Pourtant justement je n’angoissais pas. J’ai fais une pré éclampsie et donc beaucoup de mal à m’en remettre. Ma grande me fatiguait la petite pleurait énormément. Un premier enfant on a que ça à faire mais avec un deuxième c’est deux fois plus de travail, à peine le petit dort, le grand veux toute l’attention. Et la culpabilité de toujours dire au plus grand d’attendre car on s’occupe du petit. J’ai beaucoup regrèté les moments si fusionnel avant avec ma grande. Il a fallu un an pour que enfin ça aille mieux.

    • magali

      je suis plutot d’accord avec vous Ca n’a pas toujours été facile…mes 2 filles ont 28 mois d’écart, c’est 2 fois + de travail et pas seulement quand les 2 veulent manger en meme temps…
      ma grande semble moins fusionnelle avec sa nouvelle petite soeur que toutes ce que ces personnes disent de leur experience…mais cela ne m’angoisse pas…ça viendra.
      outre les siestes en décalé et les nuits qui sont encore compliquées(j’allaite et ma 2 eme a 3 mois et demi) donc une fatigue assez constante…je dois ajouter que je n’ai pas eu la chance de rentrer chez moi avec une « srnsation de bonheur et de legereté »; bien que j »ai éte trés trés heureuse de mes 2 filles a leur arrivée, j’ai eu pour les 2 le baby blues…je me souviens avoir pleuré pour un n’importe quoi et surtout avoir peur de ne pas y arriver avec 2….oui on sait faire avec les bb mais avec 2 ces different…

      • Elodie

        Chacun son expérience mais je tenais à raconter un témoignage positif sur ce passage d’un à deux enfants dont on décrit souvent la difficulté 🙂
        Je vous souhaite du courage, votre 2e est encore toute petite !
        Je compatis pour le baby blues… un mauvais cap à passer, je vous souhaite encore une fois beaucoup de courage pour affronter cela !

    • Elodie

      Je suis désolée de lire tant de souffrance dans votre témoignage 🙁 mais je suis ravie d’apprendre que cela va mieux <3

  7. Pauline

    Article paru le 29 avril… jour de naissance de mon deuxième !
    Quand j’ai lu ton article je me suis totalement retrouvée. Mon grand aussi ne voulais pas entendre parlé de son petit frère ni même toucher mon ventre quand il bougeait…
    Mais au final, le retour à la maison s’est super bien passé (avec un jour d’avance) maintenant il est complètement dingue de son petit frère qui a tout juste une semaine ♡
    On se fait une montagne de l’arrivée de ce deuxième bébé mais au final c’est presque plus facile car on se fait confiance, on sait déjà faire…

    • Elodie

      Merci Pauline pour ce beau témoignage ! Et félicitations pour ce beau bébé <3 !!
      Oui se faire confiance joue tellement !

  8. Incroyable je me reconnais totalement ! Je dois donner naissance a ma princesse le 10 juin elle aura 25 mois d’écart avec son grand frere et j’avoue me poser pleins de question surtout que je suis tres fusionnelle avec mon fils … Il sait qu’il y a un bebe dans.le ventre a maman vu qu’il me touche tout le temps.le ventre quand je lui demande « ou est la petite soeur » mais est ce qu’il comprends vraiment. ..

    Et pour ma part ce qui m’angoisse actuellement c’est de ne pas avoir mon fils pres de moi pendant 3 jours alors que je serai avec sa sœur.

    Bref merci pour cet article qui rassure malgré tout

    • Elodie

      Bonjour Jade ! Je comprends vraiment pour l’angoisse de la maternité (j’avais la même !) mais au final, tout est plutôt naturel, les visites sont merveilleuses, le fait d’être seule avec son bébé aussi ! Je vous souhaite une belle fin de grossesse !

  9. Adeline

    27 mois d’écart entre mon grand et ma fille qui a maintenant 6 mois : ils s’adorent! Il prend vraiment soin d’elle, la cajole, assiste à chaque changement de couche, lui parle, la fait rire. Elle ne le quitte pas des yeux lorsqu’il est là. Personnellemt, je trouve que tout est plus simple avec la deuxième : je me mets beaucoup moins la pression que pour le premier. Je me laisse moins influencer par les autres et leurs conseils, je nous fait davantage confiance et je constate que tout le monde est plus détendu!

    • Elodie

      Merci Adeline pour ce témoignage !! Tout est dit ! Le fait de se faire davantage confiance et de moins écouter les autres joue énormément c’est vrai !

  10. Aurélie

    Je suis tombée par hasard sur votre article qui me donne le sourire. Je suis enceinte de mon 2e et même si pour l’instant le futur grand frère est content je me dis que cela peut changer. Mais je vais faire comme vous dites, rester zen et dans le présent. Je ne pense pas encore de trop à l’organisation future mais ce que vous dites me rassure.
    Merci pour cet aricle

  11. Rihana

    C’est marrant, mais j’ai ressenti exactement la même chose. Bon je n’avais pas vraiment peur puisque je me suis forcée a ne rien lire du tout parce que me suis rendu compte avec la première que trop d’informations était inutile. Mais sinon tout le reste me convient : relativiser, lâcher prise, prendre le temps de ressentir et vivre les choses. Et puis surtout voir les deux, la grande et bébé, s’admirer mutuellement! Je me souviendrai toujours du regard que lançait bébé à la grande soeur quand elle l’a voyait sortir de l’école! c’est juste magique

  12. Machecourt

    Je n’est qu’un mot qui me vient quand je vois les photos c’est juste magnifique très beau témoignage.

  13. C’est fou j’ai l’impression de me lire. J’ai eu les mêmes angoisses et mêmes questionnements pour au final tout vivre sereinement tt le contraire de ce que j’avais imaginée.
    Allaitement difficile au début. Maiq aujourd’hui nous sommes a 10mois d’allaitement et plus mes loulous grandissent ensemble plus ils sont complices et fusionnels. Mais la petite soeur commence a affirmer son caractère et nous test ainsi que son grand frère haha .
    Merci pour cet article ce partage d’expérience nous réconforte on se sent moins seule .

    • Elodie

      Merci Laura pour ce témoignage <3
      C'est tellement important de lire ce genre de messages pour contre-balancer le reste !

  14. Caroline

    Bonjour,
    Votre post me fait tellement de bien, je viens d’apprendre ma grossesse et je culpabilise tellement vis à vis de mon grand garçon que nous en lui avons pas encore annoncé la nouvelle.
    1000 mercis pour ce bel article qui m’a beaucoup ému et me donne courage pour les mois à venir

    • Elodie

      Bonjour Caroline !
      Félicitations pour votre grossesse !!! Je vous conseille d’en parler à votre grand au plus vite <3 Les enfants sont capables de repérer une grossesse avant nous ! Votre grand garçon sait déjà ce qu'il se passe et cela risque de l'inquiéter de constater que vous ne lui en parlez pas (manque de confiance, etc)... J'ai fait l'erreur d'attendre un peu trop, j'aurais du le mettre dans confidence immédiatement ! Je vous souhaite une belle grossesse et une belle future vie à 4 ! <3

  15. Emmanuelle

    Chacun son ressenti…
    Pour moi cela n’a pas été difficile d’avoir un deuxième enfant.
    Je reconnais que cela a été facilité par le fait que mon premier soit âgé de 4 ans déjà lorsque je suis tombée enceinte, celles qui tombent enceinte avec un tout petit…c’est moins évident ( fatigue, etc.)

    • Elodie

      Je crois que ça varie vraiment d’un foyer à l’autre (et heureusement!) ! Je trouvais ça chouette de parler d’une expérience positive 🙂

  16. Mon 2eme a 17 mois et a presque 4 ans d’écart avec son frère.
    Pour ma part j’ai énormément culpabilisé en voyant mon grand rentrer dans ma chambre à la maternité il m’a semblait tellement grand et j’avais l’impression de lui avoir enlevé son exclusivité
    Je m’en voulais tellement… et je pense que le fait d’avoir 2 garçons les met en « compétition » alors que cela n’existe peut être pas avec 2 enfants de sexe different

    • Elodie

      Je comprends vraiment ! Et cette réflexion sur « le même sexe » est compréhensive aussi… je ne sais pas comment j’aurais réagi à l’idée de faire un deuxième garçon. Cela aurait peut-être été plus difficile !

  17. J’aurais pu écrire cet article mot pour mot! Totalement d’accord avec toi!

  18. Sabrina

    magnifique témoignage qui rejoint totalement ce que notre famille vie. Mon ainée est devenue grande soeur il y a 3 mois. Âgée de 2 ans, je m’attendais à de la jalousie ou de l’incompréhension de sa part sur ce petit être qui arrivait. Mais les enfants savent nous étonner !!! Certes il y a les moments « compliqués » oû les 2 hurlent et qu’on a que 2 bras mais on a tant d’amour qu’on oublie vite ces désagréments.
    Moi je crains souvent de ne pas être assez attentive à ma grande, de trop lui demander d’attendre son tour? de perdre plus vite patience avec elle. Mais ses câlins et ses bisous m’enlèvent toutes ces angoisses…
    merci pour votre témoignage et je vous souhaite une belle complicité entre vous 4.

  19. Florence

    La separation en 2 team, team BB et team petit garçonn ! L’histoire de ma vie 🙂 c’est bizarre mais je trouve que c’est plus facile le 2eme, peut être parce qu’on angoisse moins ? ou parce qu’on « sait faire » ? ou alors parce qu’on sait qu’au final, aussi difficile que ce soit, et bien ca pAsse (trop) vite ?

  20. Fougeret

    Bonjour Les. Mamans

    Moi un petit garçon de 3ans et demi et dans 6 semaine j’aurais une petite fille et il est vrai que les angoisses sont la!

  21. Bonjour

    Enceinte de 5mois et demi, j ai un petit garçon de 30 mois. J angoisse beaucoup car mon 1er est mon petit bonheur au quotidien. Nous lui avons dit qu il allait être grand frére et il semble être content. Il embrasse mon ventre, dit bonjour à bb et parfois meme lui joue de la musique hihi. J appréhende le jour ou il comprendra que son petit frére est concret. Surtout que je dois accoucher aux alentours de sa 1ere rentree scolaire Tellement peur qu il pense que je l y ait mis pour m en débarrasser….Trop de questions qui me tracassent le cerveau grrr

    • Bonjour,
      si cela peut vous rassurer j’étais exactement dans la même situation, ma deuxième est née début septembre quelques jours après la rentrée… J’avais essayé d’anticiper l’arrivée du bébé, par exemple j’avais tout de suite mis ma grande à la garderie ou à la cantine (elle était en petite section). Je ne la mettais pas tous les jours, mais je voulais qu’elle connaisse ça avant l’arrivée de sa petite sœur, je ne voulais pas qu’elle s’imagine « tiens le bébé est là, et on se débarrasse de moi tout d’un coup… »
      J’avais aussi bien préparé la rentrée à l’école, parce que c’est vrai que ça fait beaucoup pour le grand, entre la propreté, le changement, l’arrivée du petit bébé… Je lui avais expliqué à quel point elle allait s’y plaire, je lui avait montré que tous les copains/copines de son âge allaient aussi à l’école (même sans petit frère ou petite sœur)… J’avais aussi acheté des livres expliquant les bébés, l’arrivée du bébé, les changements que ça pouvait provoquer… (rien de bien original, du Tchoupi, du P’tit Loup…)
      Finalement tout s’est très bien passé, ça a été un peu dur le premier mois le temps qu’on trouve nos marques, mais maintenant j’ai deux filles de 3 et 6 ans qui s’entendent vraiment bien et je suis heureuse dans cette famille à 4.
      Une dernière chose parce que je ne l’ai lue dans aucun commentaire (peut-être que je ne suis pas normale?! 😀 ) perso pendant la grossesse, j’étais réellement heureuse d’attendre mon deuxième enfant, mais étant très fusionnelle avec la première, je n’arrêtais pas de me dire « est-ce que je l’aimerai autant que la 1ère? est-ce que je vais ressentir la même chose? » … J’ai appris que l’amour ne se divise pas, il se multiplie.
      Je vous souhaite une belle rencontre avec ce 2nd bébé, ce n’est que du bonheur.

  22. Gaëlle

    Le point 1 est vraiment du vécu. L’impression de trahir mon fils à gâché ma 2eme grossesse. Mon fils de 2 ans 3/4 ne voulait pas que le bébé sorte. Le matin de j+3 (alors que j avais rdv le lendemain soir pour mon 2ème déclenchement), j’ai parlé à mon fils qui a fini par autoriser sa petite soeur à sortir. J ai commencé le travail le lendemain matin. Depuis 16 mois mon fils est un grand frère genial et encore plus heureux qu’avant. Sa soeur l’adule.

  23. Tout ce que je ressens actuellement. Ici naissance pour novembre et je flippe…de laisser mon chouchou seul, de devoir lui accorder moins de temps. Il a bien compris que j’attends un bébé et le connaissant (il est très câlin) j’espère qu’il le sera avec bb2! J’essaie d’être plus positive avec lui et de rester zen…
    Comme vous dites de vivre au moment présent et de s’occuper aide à ne pas penser à l’arrivée de bb2!

  24. Elodie

    Merci pour ce bel article j’ai l’impression de me voir dans toutes tes questions et d’avoir enfin des réponses. Mon deuxième arrive dans quelques semaines, je vois cela différemment à présent. Merci encore, l’expérience et les mots d’une maman valent bien tous les bouquins. Bonne continuation 🙂

  25. Hereiti81

    Milles mercis pour ce beau témoignage. Votre récit me rassure car moi aussi d’ici quelques mois je donnerai naissance à une petite fille.
    J’ai un garçon de 4ans et il a hâte que sa petite soeur arrive. Il vient aux échos pour la voir (les photos ça bougent pas dit-il.)
    J’angoissais un peu à cause des on dit que ou à cause de ce que je vois autour de moi mais grâce à vous…je respire.

    Je vous souhaite une belle aventure à 4.

  26. LuluBleue

    Eh bien moi j’étais parfaitement sereine en attendant mon 2è petit gars! Lorsque mon grand l’a vu à la maternité, il l’a complimenté, l’a cajolé, l’a adoré tout de suite, tout comme nous!
    Pourtant son arrivée a bouleversé nos vies, il y avait de nombreux moments très difficiles: mon tout petit hurlait presque tout le temps, dormait très peu et uniquement porté debout dans mes bras, le nourrir était un cauchemar… En fait notre bébé souffre de plusieurs allergies alimentaires sévères!
    Malgré tout ce que nous avons traversé, malgré le manque terrassant de sommeil, je pensais tout le temps au bonheur que j’avais d’avoir 2 enfants et c’est ça qui m’a aidée!
    Maintenant mon bébé a 18 mois, il est bien suivi et nous avons une vie à 4 quasi normale, je suis même prête pour un troisième!
    En tous cas ton témoignage rejoint les angoisses du papa de mes enfants avant la conception et pendant la grossesse, tout comme celles qu’ont vécues mes amies, et rejoint presque tout ce que disent les parents qui en ont 2 ou 3 : finalement, c’était pas si dur!

  27. Ccaroline

    J’ accouche de mon deuxième enfant dans 7semaines et je ressens exactement ce que tu as ressenti. La culbabilité , les nombreuses questions aussi l engoise de laisser pour ma première fois mon premier petit bout la nuit quant j’ irai à la maternité … Ton texte me rassure . Mon premier petit Lou me rassure tous les jours avec des gestes tel qu un câlin au bidon de maman et dire qu il aime son petit frère. Sa me rassure mais après on se demande toujours comment il va vraiment reagire à la naissance.?
    Merci pour ton texte qui me rassure !!! Bonne continuation

  28. Cela dépend vraiment des enfants : nous ce fut bien moins « rose » ce passage à 4 … Le grand avait 2 ans à la naissance de sa petite sœur et beaucoup de jalousie dès les premiers instants ensemble. Encore maintenant (deux ans après …), il lui arrive encore fréquemment de vouloir être le « seul » alors que nous lui répétons que nous les aimons autant l’un que l’autre ! Et parfois, de beaux moments de complicité tous les deux aussi (plus rares que ses moments de jalousie …) : très contradictoires tout cela mais c’est ça aussi qu’être une famille … 😉 En tout cas, cela fait du bien de lire une expérience positive, aussi !

  29. J’ai eu les larmes aux yeux en lisant votre article ! Cela m’a vraiment rassuré car bizarrement, je suis plus angoissée de passer de la vie à 4 qu’à la vie à 3… mon fils a un an et je suis enceinte de deux mois , j’espere vivre la même chose que vous à l’arrivée du petit deuxième ! Merci

  30. Moi qui n’en ai qu’un, et qui pour l’instant je me dit qu’avec un seul ça me va, je trouve qu’on est bien comme ça a 3. Là je me dit que finalement 4 ça peut être pas si compliqué que ça.
    En fait j’ai peur de pas reussir à tout gérer, De tout chambouler. Donc ça fait du bien de voir un témoignage qui dit le contraire. Bon, ok, aprés chaque famille est différente. Mais bon, on verra bien. De toute façon je ne suis pas fermée. Mais pour l’instant on est bien à 3, et là j’ai d’autres projets pour le moment. J’ai mis ma vie professionnelle de côté depuis 2 ans, là du coup j’ai envie de m’y atteler le plus possible. 🙂

  31. Bonjour,
    Je suis maman d’un petit garçon de bientôt 3 ans … nous formons une famille très unie, j’aimerai agrandir la famille mais le papa est retissant. Je suis fille unique, nous sommes des parents « vieux » (38 et 43 ans à la naissance de notre fils) son papa a un grand frère et une mauvaise expérience de la fratrie … Pour ma part je ne veux pas que mon fils soit enfant unique … le papa voit toujours le coté mauvais et cherche encore sa place …. j’ai une question :
    y’a t’il une différence dans l’accueil du deuxième quand les enfant ne sont pas du même sexe ? merci de vos réponse et merci pour cet article.

  32. Merci pour votre message qui fait plaisir à lire et qui fait parfaitement écho à notre expérience familiale, je partage tout à fait votre regard, passer de un enfant à deux enfants est une expérience merveilleuse, faite comme vous dites de moments foireux, certes, mais aussi et surtout de moments magiques et quel spectacle en effet que celui de nos enfants qui se decouvrent et qui s’aiment!
    Mfleur

  33. Maman d’une petite fille qui a maintenant 3 mois, je me posais la question de savoir si je voulais un 2ème enfant un jour ou pas .. votre témoignage m’a convaincu je pense. Ce ne sera pas pour tout de suite mais j’espère que dans qq mois (1 an?) je me lancerais à nouveau 🙂 merci

  34. Bonjour !
    Merci mille fois pour cet article. I’ tombe à pic car je suis enceinte (j’ai moi même du mal à y croire) de mon deuxième enfant et je suis en panique. Je ne vois que les côtés négatifs je n’arrive pas à m’en sortir. J’ai l’impression d’avoir déjà tellement de mal avec ma fille (elle aura 2ans et demi à la naissance de bb2), et beaucoup de clashs avec papa aussi…..
    Ca fait du bien de vous lire. J’espère que mes angoisses s’envoleront aussi à la naissance.
    Ou en êtes vous aujourd’hui ??

  35. Je viens de m’apercevoir que j’étais enceinte de BB2 et c’est une explosion de bonheur ! Enfant d’une fratrie rapprochée, j’ai eu une enfance de rêve, tout était génial ! J’en garde de fabuleux souvenirs ! Il était inconcevable que je laisse mon chéri BB1 tout seul et que je le prive de cette complicité et cette solidarité véritablement incomparables ! Quelle joie de m’apercevoir qu’ils auront 18 mois d’écart ! (avec mon frère aîné, nous étions à 14 mois d’écart 😉 ) Quel bonheur <3 Ce qui est amusant, c'est que ça ne m'inquiète pas du tout : on s'en sortira toujours ! Et les difficultés ne sont que passagères ! Ils ne vont pas rester éternellement bébés <3 Aussi, je lis souvent "j'ai peur de ne pas l'aimer autant que le premier" et ça c'est vraiment quelque chose que je ne me suis jamais dit de ma vie… Probablement parce que j'ai deux frères que j'aime démesurément, chacun de façon totalement différente mais intense et incomparable. Il n'y a pas de hiérarchie dans cet amour. Je sais donc que ça sera pareil pour mes deux chéris <3 Déjà là, à quelques semaines, je déborde d'amour pour ma deuxième cacahuète <3 <3 <3 Quel bonheur, je n'en reviens toujours pas ! Vivement cette rencontre pour le reste de nos vies <3 <3 <3 C'est presque trop de bonheur pour une seule femme 😀 Courage à toutes <3

  36. Mille fois merci pour cet article qui réconforte et qui rassure. J’attends une petite fille pour le début d année et mon questionnement est similaire au vôtre avec à chacune de mes recherches internet le même résultat passer de un à deux très difficile!
    Je suis de nature à angoisser appréhender les changements en ne voyant que les points négatifs (pleurs du bébé,réveil nocturne, jalousie de son frère…) en oubliant se concentrer sur l’essentiel et sur l’instant présent.
    Votre article est une bouffée d’oxygène je garde le petit point « ce qui m’a aidé » et pense m’intéresser un peu plus aux méthodes de respiration et de zenitude
    Je vous souhaite de bonnes fêtes
    Amélie

  37. Quel joli post! Moi qui m’apprete d’ici 1 mois à passer de 1 à 2 enfants, je me pose pas mal de questions, et surtout: comment laisser ma belette de 18m pour partir à la maternité?
    Alors je vais passer en mode zen, et j’espere Que tout se passera aussi bien que pour toi!
    Merci!

  38. Bonjour,
    Ma fille a 16 mois et je suis enceinte mon 2ème pour juillet… 2 bébés rapprochés ! On ne cesse de me dire « ma pauvre, tu vas être sur les rotules », « bon courage », etc…
    J’angoisse !!! Mais ma pire angoisse est qu’il m’arrive quelque chose à l’accouchement et de laisser ma fille. Ca me travaille et c’st dur…

    Alors merci de ces conseils, je vais me tourner vers la méditation ou l’acupuncture pour vivre cette grossesse le plus sereinement possible.

  39. Merci pour cet article j’ai un bébé de un an et je suis enceinte de 11 semaines. Je culpabilise énormément par rapport à mon fils qui a toute mon attention aujourd’hui, j’ai peur de devoir le « délaisser » pour m’occuper du bébé. Même si chaque chaque famille est unique votre article me permet de voir les choses avec plus de sérénité.
    Merci

  40. Merci c’est un récit tres vrai très sincère et le lire me fait du bien et me fait me sentir moins seule ainsi que tous les commentaires… Isolée chez soi avec son bébé de 2 mois qui pleure et avec qui on essaie tout… Portage, tété, bercement sans réussir à parvenir à quoique ce soit qui satisfait et le bébé et nous même… L’impression de perdre pied tellement c’est intense. Des nuits parfois réveillée toutes les heures, seulement 3h max de sommeil d’affilé depuis l’accouchement !! Je ne sais pas comment je tiens et d’ailleurs je m’écroule parfois en pleur tellement je trouve que c’est dur d’avoir des enfants. C’est mon 2e et le grand à 4 ans et demi’. Oui c’est plus de travail à 2 c’est évident !! Surtout quand le 1 er est limite hyper actif c’est difficile car il y a 2 rythmes différents… Calme et douceur pour le bébé et énergie et cris pour le grand… Donc c’est compliqué pour les 2 je trouve et notre positionnement n’est pas facile entre les 2. Il y a quelque chose dont tu ne parles pas… Je ressens une étrange culpabilité, ne plus avoir de besoins de contacts Physique avec mon 1 er, moins de besoins tactiles que j’avais beaucoup avant la naissance. Est ce une question d’hormones…? J’allaite.
    Bisarre et j’espère que bientôt j’aurai la même affection pour les 2. Mon grand n’a pas l’air de ressentir de manque car il est à fond avec son papa et en est ravi. Quand je prends le temps d’être avec lui il demande encore son papa et c’est dur pour moi par contre.

  41. Je valide à fond : ne pas penser au futur et à la charge que représente d’être parent mais vivre le présent au jour le jour. Il n’y a que comme ça que je suis plus joyeuse et ne ressasse pas.

  42. Mille merci pour cet article. Mon premier à 5 ans et je me souviens de ce calme si appréciable quand j’etais Seule avec lui au retour de la mater, à vivre à son rythme, de ces soirs à la maternité où je pleurais toutes les larmes de mon corps quand le papa partait… et depuis que j’ai appris ma grossesse il y a un peu moins d’un mois, j’angoisse par rapport à mon premier, j’ai peur qu’il ne l’accepte pas, qu’il se sente délaissé et désaimé, j’ai peur des moments seule à la maternité, du retour à la maison et la gestion du grand et des taches quotidiennes et lire ton article est tellement rassurant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *