Comment être moins dur avec soi-même ?

Il paraît que je suis trop dure avec moi-même. Que je suis trop exigente, que je me mets la barre « trop haute ». C’est vrai que je ne suis pas du genre à contempler mon travail, mes actes, ni mes faits en hochant la tête de satisfaction puisqu’une fois un objectif atteint, je cherche déjà à comment aller plus loin, comment améliorer, pour ne jamais cesser d’avancer, de courir et de me dépasser.

Pourtant, je me sens parfois impuissante face à cette envie de toujours mieux faire dans la vie. Soit parce que j’ai temporairement atteint les limites de mes capacités, soit parce que je « bloque » sur quelque chose, souvent une décision. Dans ces cas-là je suis un peu en mode « Hulk, pas content ! » j’ai envie de tout fracasser, tout jeter, tout recommencer. Et je me maudis d’être aussi incompétente.

Il faut dire que j’ai la patience d’un enfant de 2 ans.

Je travaille beaucoup dessus, surtout qu’avec le blog j’ai régulièrement ces phases de « je suis vraiment d’une nullité absolue« . Il suffit que je n’arrive pas à mettre en place ce que je veux, qu’un article sur lequel j’ai passé beaucoup de temps n’intéresse pas tant de monde que ça, ou que je lise un commentaire un peu négatif pour que je remette tout en question.

Alors je me soigne. Et j’ai compris que, pour essayer d’être moins dur avec soi-même il faut travailler sur :

– La patience

Rome ne s’est pas faite en un jour ! On ne peut pas tout accomplir de façon immédiate et innée. Les choses peuvent prendre du temps, même si on n’aime pas ça, ce n’est pas pour autant que cela remet en cause de nos capacités.

– La confiance

Forcément, si on est si dur avec nous-même, c’est qu’on manque de confiance en soi. En revanche, avoir trop confiance en soi nous amène souvent à ne plus nous remettre en question, ce n’est pas idéal. Il faut savoir se remettre en question pour évoluer !

– La seconde chance

Ce n’est pas parce qu’on ne réussit pas du premier coup qu’on n’y arrivera jamais. Même si cela peut sembler décourageant sur le coup, il faut au contraire essayer d’en tirer les leçons nécessaires. Pourquoi ça n’a pas fonctionné ? Que m’a-t-il manqué ? Pour que la deuxième fois soit la bonne. Ou la troisième !

Trop dur avec nous-même | Développement personnel, bonheur, thérapie, changer, booster sa vie ! Epinglez cette image pour plus tard ou cliquez pour lire !

En conclusion

Nous sommes aussi amenés à être trop dur avec nous-même dans nos relations. On peut avoir la fâcheuse tendance à se dire que si telle ou telle chose se passe mal avec quelqu’un, c’est forcément de notre faute. Alors que ce n’est probablement pas le cas !

Il faut alors essayer d’évaluer la situation, de prendre du recul pour savoir ce qui cloche. Peut-être qu’on ne peut rien y faire, peut-être, au contraire, qu’on a fait ou dit quelque chose qui a pu froisser notre ami. Peut-être que le problème vient réellement de l’autre. Mais cela ne doit pas être systématiquement « de notre faute ».

Nous sommes parfois (souvent?) trop durs avec nous-même, et cela ne nous rend pas service car, finalement, c’est peut-être que ce qui nous empêche d’avancer.

Se remettre en question parfois, oui.
Se rabaisser sans cesse et se croire incapable de tout, non.

Spread the Word !

Si vous avez aimé ce petit billet, partagez-le autour de vous !

Comment être moins dur avec soi-même ? | Développement personnel, bonheur, thérapie, changer, booster sa vie ! Epinglez cette image pour plus tard ou cliquez pour lire !
Partager, c'est soutenir !

19 petits mots on “Comment être moins dur avec soi-même ?

  1. Etre dur avec soi même, c’est négatif et à la fois positif. Ce sentiment nous permet d’avancer, d’évoluer et surtout de nous remettre en question. Et ca c’est une très bonne chose. Car certaines personnes on tellement la tête dans le guidon qu’il n’y arrive pas, ou plus.

  2. Hello !
    Je comprends parfaitement ce sentiment,
    Je te conseille de tout coeur le livre « There is nothing wrong with you », ça parle de toutes les petites voix qu’on a dans la tête qui passent leur temps à nous descendre « self hating ». Plein de courage, take care !

  3. Bravo pour ce super billet ! Je m’y retrouve complètement…
    Tout est une question d’équilibre : avoir suffisamment confiance en soi pour ne pas être destabilisée au moindre obstacle (en d’autres termes, se sentir responsable et complètement nulle !!) et garder cette remise en question nécessaire pour pouvoir avancer et s’améliorer… Mais c’est beaucoup plus souvent facile quà faire ! ;p
    Bref, c’est un exercice au quotidien, et quoi de mieux qu’un petit billet comme celui-ci sous les yeux pour se remémorer cela ?! Alors merci Elodie !

    • Elodie Legale

      Tout est toujours une question d’équilibre oui ! 🙂 même si pas facile à obtenir 🙂
      De rien !

  4. C’est fou comme ton article illustre parfaitement mon état d’esprit du moment.
    Je suis en plein dans mon mémoire, et je patauge à un point que j’ai du me recentrer. Ca n’a pas été facile et j’avoue que je suis encore dans ma phase de doute, mais avec un peu de recul, je me suis donnée une seconde chance.
    Je sais que c’est mon côté tout blanc ou tout noir (et mon petit coté fier aussi) qui me joue des tours, mais c’est pas facile de se corriger…

    • Elodie Legale

      La clé est de réussir à prendre du recul ! (mais ce n’est pas si simple) et de réussir à analyser la situation pour une meilleure prise de décision (et se débloquer).
      Courage pour ton mémoire !

  5. La confiance et savoir qu’on a fait le maximum que l’on pouvait au moment où on l’a fait, et si c’est pas le cas, c’est soit :
    – que c’était pas si important
    – qu’on peut recommencer en mieux !
    Finalement, tout est une question de confiance en ses choix, et en soi… J’avais cette fâcheuse tendance aussi à m’auto-flageller, mais la sophrologie (encore elle) et l’importance donnée à l’instant présent m’ont beaucoup aidée…
    Je lis pratiquement tous tes billets, sans presque jamais laisser de traces… Je suis sûre que de nombreuses lectrices font pareil… au détriment de ta confiance en tes écrits 🙁

    • Elodie Legale

      La soprho… plus ça va, plus j’ai envie de m’y mettre 🙂
      Merci pour ton gentil mot <3

  6. Merci pour ce joli billet.
    J’ai toujours eu ce problème de barre trop haute, et de « je suis nulle ».
    Je ressens ça particulièrement pour le blog que j’ai commencé aussi…
    Pas facile tous les jours, et je pense que l’entourage aide beaucoup à arrêter de se rabaisser et à se valoriser un peu plus. Mais ce sont les montagnes russes !
    Ton blog est très beau en tout cas, j’admire le joli design et les billets simples mais toujours touchants !
    Et puis tu seras une super maman 🙂
    Bonne après midi.

  7. comme d’habitude ça me parle beaucoup
    (et ton nouveau design est top!)

  8. Je te comprends tout à fait parce que je suis comme toi et souvent ça me gâche la vie. Pour le blog quelle galère et quelles prises de tête jusqu’à ce que je parvienne au résultat attendu! Et encore je me soigne parce que si je m’écoutais rien ne serait jamais parfait! En couture c’est pareil, je fais toujours tout dans l’urgence faute de temps pour moi, du coup forcément c’est un peu bâclé, alors je m’en prends à moi-même, me trouve nulle, incapable… J’aimerais que ce soit parfait, je trouve que chez les autres ça parait toujours plus chouette, comme les photos sur Instagram, j’ai toujours la sensation que celles des autres sont plus belles! Bref la nature humaine et ses complexes! Le plus rassurant dans l’affaire c’est de se dire qu’on n’est pas toute seule 🙂

    • Elodie Legale

      Oui c’est rassurant ! Finalement c’est un peu en discutant et partageant avec les autres que je me suis rendue compte que c’était un phénomène courant ! Quand je vois toutes ces personnes que j’admire être « dans le mal » parce qu’elles trouvent qu’elles « ne sont pas à la hauteur ».. 🙂

  9. joli message !

  10. Dame Ginette

    Bonjour!

    Je me reconnais beaucoup dans vos mots . Se fixer des objectifs trop hauts, et se sentir impuissante devant la difficulté… et ne ressentir aucune indulgence à son propre égard!

    C’est l’histoire de ma vie ! Sûrement due à l’estime de soi et à ce manque de patience.. 🙂

    Merci pour cet article ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *