Parentalité

Visites postpartum : 6 astuces pour les vivre sereinement

Pendant notre grossesse, tout le monde nous parle du postpartum comme d’une période sereine. Peu de personnes nous parlent des visites à rallonge post bébé. Et pire : tout le monde se tait sur les tournées inquisitrices de belle-maman !

Mais voilà, quand bébé arrive, tu réalises soudain qu’on t’a menti ! Ça commence à la maternité. Tout le monde veut venir voir le nouveau-né sans même penser que tu peux être fatiguée. Franchement, 12 heures dans une salle de travail, c’est reposant, c’est bien connu !

Tu as bien une ou deux sage-femmes qui t’ont dit que tu pouvais sonner. Qu’elles feraient partir tout le monde. Entre nous, qui a déjà osé le faire ? Vraie astuce : un petit mot sur la porte « maman fatiguée », c’est plus discret (oui, ça, j’ai osé le faire !).

Somme toute, tu te dis que ce sera mieux à la maison. Eh bien, j’aurais tendance à te dire que si tu ne mets pas quelques astuces en place, ce n’est pas gagné !

Chez toi, les gens passent à l’improviste. Ils ont également une légère tendance à te donner leur avis sur tout. J’ai pour habitude de dire que certains se prennent pour le dalaï-lama en matière de petite enfance !

En période de postpartum, les émotions et la fatigue aidant, tu peux vite te retrouver chamboulée et commencer à douter de toi. 

N’oublie pas une chose : c’est ton congé maternité, ton enfant, alors profites-en ! Les visites c’est bien mais avec parcimonie, c’est mieux !

Pour savourer ces instants au maximum, il faut que tu te sentes bien dans tes baskets. Cette sérénité commence par la gestion des visites. Pour t’aider, je te passe en revue les astuces que j’ai mises en place et qui fonctionnent !

La sérénité passe par la gestion des visites

Être sereine en période de postpartum, c’est avoir le temps de t’occuper de bébé, de toi tout en te reposant. Tu as construit un foyer et il te faut du temps pour peaufiner ton petit nid douillet. Pour y parvenir en douceur, ne te laisse pas déborder par les visites de personnes extérieures. 

Ecouter son corps et sa fatigue pour des visites agréables et sereines

Lorsque tu viens d’accoucher et pour quelques mois encore, tu es fatiguée. Entre les nuits à gérer, la nouvelle organisation, ton corps se remet doucement.

Il y a même des jours, tu te sens épuisée et c’est bien normal. La fatigue entrainant des émotions décuplées, tu peux parfois être déstabilisée lors d’une visite. Tu n’as pas besoin de ça pendant ton postpartum.

Au contraire, tu as besoin de sérénité pour pouvoir trouver ton organisation et pour découvrir ton bébé que tu as tant attendu.

Alors, ne tire pas sur la corde. Les jours où tu te sens plus fatiguée, ne prévois pas de visite.

Si toutefois tu avais dit à quelqu’un de passer, appelle-le pour décaler de quelques heures, le temps de faire une sieste ou de quelques jours.

Ton repos est primordial pour ton moral. 

Personnellement, lorsque j’ai accouché je suis toujours partie du principe que je ne nous sacrifiais pas (mon bébé, mon foyer et moi) pour le bonheur de quelques-uns. 

Gérer ta fatigue est la première des choses à faire pour trouver le bien-être. L’heure de la sieste est donc sacrée pour une jeune maman !

Gérer les visites postpartum en fixant des horaires qui vous conviennent

En parlant de sieste, parlons d’heure ! J’ai connu une fois une visite qui s’éternise… Et qui finit par un repas le soir parce que les gens ne décollent pas !

Eh bien, je peux te dire que je ne l’ai pas connu deux fois ! Moi qui ai toujours été du matin, j’ai du mal à tenir le soir. Alors, imagine en postpartum avec un bébé qui ne fait pas encore ses nuits !

Après ce jour, j’ai toujours dit aux personnes de « passer pour le gâteau vers 15h30 ». Au moins, les choses étaient claires. L’horaire était convenu et convenable pour mon organisation.

Peu importe l’heure qui te convient, l’objectif est de gérer les visites pour garder du temps de qualité pour toi et ton bébé.

En postpartum, les personnes oublient trop facilement que tu n’es pas à leur disposition. Ça fait du bien à tout le monde de le rappeler de temps en temps ! 

Même si tu es chez toi la plupart du temps, ce sont des mois qui vous sont alloués à bébé et toi. Ils sont très importants pour la relation maman/bébé et ils ne repasseront plus. 

Ce ne sont pas des moments qui appartiennent à toute la famille, la grand-tante comprise. Ils peuvent bien sur venir se réjouir de l’arrivée de ton tout-petit mais à tes conditions et tes horaires !

Limiter le nombre de personnes en visite après l’accouchement

S’il y a bien une chose très fatigante pour toi, comme pour bébé, c’est d’avoir la maison remplie de personnes. D’ailleurs, les sage-femmes de la maternité te préviennent toutes sur ce point !

En effet, gérer 10 invités en postpartum, c’est tout simplement usant. Entre : 

  • Le brouhaha ambiant, 
  • Les allers-retours en cuisine et,
  • Le temps que les visites durent lorsque les convives sont nombreux

Tu arrives le soir épuisée et parfois même stressée. Tu te dis que tu vas mettre quelques jours à récupérer et tu appréhendes la nuit qui arrive.

Pour ne pas te retrouver dans cette situation, limite tout simplement le nombre de personnes. 

Personnellement, je disais tout simplement que j’inviterais l’oncle et la tante plus tard avant même qu’on me demande quoique ce soit ! Peut-être que certains n’ont pas apprécié. Pour autant, entre leur susceptibilité et le bien-être de bébé et maman, il n’y a pas photo ! Pas vrai ?

En plus, quand les gens sont moins nombreux, bizarrement, pour la plupart, ils se permettent moins de choses ! Double bénéfice pour toi !

L’art de ne pas être déstabilisée par des visites en postpartum

Les visites pour venir voir bébé, c’est un peu l’occasion pour tout le monde de donner son petit avis sur n’importe quel sujet. Toute situation donne matière à faire une petite réflexion. Un peu comme si les gens savaient mieux que toi… Alors si tu ne veux pas être déstabilisée, je te donne 3 petites astuces !

Une conviction à avoir lors des visites : il n’y a pas une éducation modèle

Les réflexions ou les conseils lors des visites, tu ne pourras malheureusement pas les éviter en postpartum… Je pense que ce besoin d’exiger d’une jeune maman qu’elle soit « parfaite » est sociétal.

Or, pour ne pas être déstabilisée lors des visites, aie une seule conviction : il n’y a pas d’éducation parfaite ni de mamans zéro défauts d’ailleurs !

La manière d’élever et de s’occuper d’un enfant dépend de multiples facteurs dont l’environnement extérieur, son caractère et les évènements.

Tu n’auras pas les mêmes réactions avec un enfant introverti qu’avec un enfant extraverti. Toi, maman, tu n’auras pas la même éducation que tes parents ou tes grands-parents, tout simplement parce que l’époque a changé.

Il y a 30, 40 ou 50 ans, il n’y avait pas la crainte de laisser jouer ses enfants devant la maison sans surveillance, il n’y avait pas de pandémie mondiale, pas d’écrans … Autant d’exemples qui ont modifié l’éducation des parents.

Et même si c’est quelqu’un de ton âge qui te fait penser que son éducation est modèle… Elle n’est ni dans ta peau, ni dans ta vie et son enfant n’est pas la copie conforme du tien…

Fais fi de toutes ces réflexions, tout simplement au nom de tes valeurs. L’éducation parfaite est celle dans laquelle le parent est aligné avec son caractère, celui de son enfant, son vécu et ses principes. Ce n’est pas l’éducation de la voisine ! 

Avoir toujours une réponse en tête pour des visites inquisitrices sans stress

Même si tu penses intimement qu’il n’y a ni mère, ni éducation modèle, certaines réflexions blessent ou agacent. D’autant plus en postpartum… 

J’ai été dans ce cas. La fatigue aidant, j’étais parfois sur les dents… Et je ne parle pas des visites inquisitrices de belle-maman !

Pour être plus relax lors des visites, j’avais une petite astuce… J’avais toujours une réponse polie mais ferme en tête qui s’adapte à n’importe quelle situation.

Crois-moi, ces répliques font leur petit effet ! Elles permettent à tout le monde de savoir où est leur place (certainement pas dans l’éducation de ton bébé). Et surtout, ils comprennent où se trouvent tes limites !

J’ai parfois répondu de manière un peu plus cinglante… Mais, ça c’était quand j’avais pris confiance en moi !

Apprendre à se faire confiance pour mieux vivre la période postpartum

La clé d’un postpartum serein, c’est tout simplement de te faire confiance ! Ce n’est pas parce que tu découvres ton nouveau rôle que tu dois te laisser dicter la conduite à tenir… Bien au contraire !

Pour vivre l’arrivée de bébé en toute quiétude, ne te laisse pas déstabiliser par tout ce que tu pourras entendre.

Si tu doutes, accueille tes questionnements et pose des actions à mettre en place.

Accepte les petites erreurs que tu feras, tout le monde en fait même la voisine modèle ! Elle est juste devenue amnésique entre temps…

Suis ton instinct : la personne qui connait le mieux ton tout-petit, c’est toi ! Tu sais tout ce qu’il a vécu avant de venir au monde. Tu l’as vécu avec lui. Tu passes tes journées avec. Ce n’est quand même pas la grand-tante qui l’a vu deux fois une heure qui va décoder ses pleurs…. 

Sois toi-même, avec tes valeurs, ton caractère. Ne tiens pas compte des gens qui te diront, lors de visites, qu’il faut maitriser ses émotions ou je ne sais quoi… Parle à ton bébé avec ton cœur tout simplement.

Et profite de ton congé maternité et du temps qui t’est donné de passer avec ton nouvel amour. C’est ton bonheur : saisi-le sans te poser de questions !

Pour vivre un postpartum serein, gère tout simplement les visites et fixant tes conditions et les visiteurs en leur rappelant qu’accessoirement, c’est toi la maman !

Et toi, comment as-tu vécu les visites post-bébé ? Partage ton expérience en commentaire !

Cet article est proposé par Stéphanie du blog mamroulouve.com. Stéphanie est une maman de deux enfants rapprochés (2 ans et 10 mois). Elle accompagne les futures et jeunes mamans à avoir confiance en elles pour que chaque femme puisse incarner pleinement son rôle de mère sans subir le mythe de la mère parfaite. Télécharge son cadeau : 8 phrases pour répondre en tout temps à n’importe quelle réflexion !

Partager, c'est soutenir !

1 Comment

  1. Valérie, Madame Pas de Soucis

    31 décembre 2021 at 1 h 55 min

    Moi, la plus grande difficulté que j’avais lors des visites qu’on avait après la naissance de mon fils, c’est que je l’allaitais : j’assume pleinement ce grand bonheur que ça a été (j’ai réussi à l’allaiter 2 ans et demie), mais je sais que pour certaines personnes l’allaitement d’une part, et le fait de voir la poitrine d’une femme d’autre part, ça peut déranger les gens. Du coup, je me suis toujours retrouvée à me “retirer” dans la pièce d’à coté pour allaiter mon fils… alors que je n’avais pas honte du tout, mais par peur de gêner les autres tout simplement. A postériori je me dis que j’aurais pu faire mieux, et réfléchir à une manière de faire, ou à une petite phrase magique qui aurait pu alléger cette situation… Auriez-vous une idée ?
    Dans un autre contexte, j’aurais bien utilisé la CNV, la communication non violente, pour exprimer ma demande (qui est un outil de communication que j’adore et que j’explique souvent lors de mes consultations), mais pour soi, c’est toujours plus difficile d’y voir clair ! 😉

Leave a Reply