Productivité

Comment mieux gérer ses tâches | 5 Freins qui t’empêchent de relever le challenge

Comment arriver enfin à une organisation plus sereine ? Nous recherchons la réponse à cette question dans des outils, des méthodes, mais se trouve-t-elle vraiment là ? En général, nous ne manquons pas de bonne volonté, pourtant nous finissons nos journées épuisées et frustrées. Qu’est-ce qui fait qu’on ne s’en sort pas ? Je te propose aujourd’hui de découvrir les 5 obstacles qui t’empêchent de relever le challenge de terminer ta « to do list » sereinement. Je partage ceci pour susciter une prise de conscience et savoir comment mieux gérer ses tâches au quotidien.

1. Tu ne finis jamais tes « to do », car tu t’en imposes trop

Tu t’imposes trop d’exigences, tu es déçue par tes résultats, tu es frustrée, tu te dévalorises, donc tu te décourages. En somme, tu es dans une spirale infernale improductive.

Peut-être que tu reproduis le schéma que tu as connu quand tu étais enfant. Tu as peut-être une image biaisée du travail à cause des souvenirs que tu gardes de celui de ta mère. Mais, la première des choses à intégrer, c’est que tu n’es pas ta mère.

Ou, quel que soit ton modèle de référence, tu n’es pas obligée de t’imposer la même chose. Les exigences des uns ne doivent pas être celles des autres. À partir de ce postulat, il faut adapter sa routine à son énergie, ses propres désirs et faire un tri sur ce qui peut être supprimé, délégué, ou limité.

2. Tu ne peux pas mieux gérer tes tâches si tu t’éparpilles

Soit tu fais des tâches qui ne sont pas nécessaires, soit tu t’éparpilles sans jamais rien terminer. Par conséquent, tu vis avec l’impression que tu n’as rien accompli de tes journées. Dans cette situation, il faut analyser les obligations programmées et voir si finalement elles ne méritent pas d’être décomposées en plus petites tâches. Réfléchis à l’ampleur d’une tâche pour en évaluer l’échelle et ainsi correctement la découper. De cette manière, l’accomplissement de ces sous-tâches sera plus accessible et tu auras la sensation de vraiment avancer.

3. Tu passes trop de temps sur les réseaux sociaux ou sur ton téléphone

Il faut avoir conscience que les consultations intempestives de ton téléphone constituent des fuites de temps non négligeables. Je t’invite à aller voir et vérifier les statistiques de ton « temps d’écran » sur ton smartphone. Tu seras surprise du nombre de minutes, voire d’heures que tu as gaspillé. Cela t’ouvrira les yeux sur tout le temps dont tu disposais en réalité. Je ne dis pas qu’il faille le remplir à tout prix avec la réalisation d’une obligation. Je dis juste qu’il y a des choses bien plus bénéfiques à faire pour se détendre et récupérer une réelle énergie. Oublie cette manie du « téléphone doudou » et occupe-toi plutôt de tes enfants, de toi, offre-toi un vrai moment de qualité.

4. Tu es coincée dans cette injonction de « produire », « faire », « donner du résultat »

J’en ai conscience, nous avons tous été conditionnés par ces injonctions, soit par nos parents, soit par l’éducation nationale. On nous a inculqué que la finalité de chaque action doit aboutir à un résultat. En conséquence, nous cumulons les projets, les objectifs. Nous sommes tellement dans le « faire » que l’on oublie « d’être ».

Cette course aux résultats s’avère culpabilisante, elle mène à la comparaison. De ce fait, nous nous déconnectons de la jouissance de la vie. 

Il reste difficile de ne pas être dans l’accomplissement d’objectifs, mais il n’est pas nécessaire de vouloir optimiser son emploi du temps à outrance. Il faut pouvoir sortir la tête du guidon, pour s’arrêter et observer ce qu’on a déjà construit.

5. Tu ne t’autorises pas à faire ce qui est essentiel : VIVRE

À courir après la performance et la productivité, on constate avec le recul que nous ne profitons pas. Si l’on s’est lancé dans l’entrepreneuriat, c’est pour choisir de mener la vie que l’on souhaite. Je suppose que ton projet ce n’était pas d’attendre la retraite pour enfin vivre comme tu l’entends. Ne perds pas de vue ta volonté de vivre pour créer des moments précieux et de beaux souvenirs.

Grâce à ma certification en productivité, je sais comment faire pour avancer vite. Et je sais qu’il y a une certaine euphorie qui s’installe lorsqu’on est capable de produire vite des résultats. Il y a un côté addictif dans lequel on peut se perdre. C’est pourquoi il faut se poser les bonnes questions, car oui, même une maman solo entrepreneure peut se trouver du temps. Lorsque cette situation m’est tombée dessus, j’ai dû tout reprendre de zéro, et reconstruire entièrement une nouvelle organisation. C’est difficile, mais il faut s’interroger :

  • Es-tu obligée de faire tout ce qu’on te demande ?
  • Culpabilises-tu lorsque tu ne fais rien ?
  • Que ferais-tu si tu avais plus de temps ?

Si tu es épuisée tous les jours, c’est qu’il faut changer, il ne sert à rien de repousser les limites en attendant toujours que ça « se calme ». C’est comme cela que l’on s’abîme. 

Mais la bonne nouvelle c’est que tout s’apprend, même décider de ce dont on a vraiment besoin.

Pour conclure, l’organisation ne devrait pas te réclamer de l’énergie. Si tu te bats contre elle, c’est qu’elle ne te correspond pas. Pour mieux être gérées, certaines tâches peuvent être automatisées. Le but c’est que ce soit ton organisation qui pense à ta place, que ce soit elle qui soit à ton service et pas l’inverse. C’est ce que j’enseigne à la Serenity Academy. Nous ne devrions pas avoir à faire un choix entre l’épanouissement et le travail, c’est mon Leitmotiv. Autorise-toi à vivre en déblayant ta liste de tâches et si tu as besoin d’être guidé pour enfin réussir à respirer, rejoins mon programme pour gagner pas à pas un peu plus de sérénité chaque jour.

Tu as aimé ce billet ? Partage-le sur Pinterest !

Partager, c'est soutenir !

Leave a Reply